L’influence de vos émotions positives sur votre santé

0

Avez-vous tendance à regarder du côté ensoleillé ou vous tournez vous plutôt vers le « côté obscur » ? Un nombre croissant de recherches suggère que d’avoir une attitude positive favorise et entretien une bonne santé physique. Des scientifiques travaillent sur le fait de mieux comprendre les liens entre votre attitude et votre corps. Et bien, ils ont prouvé que le bien-être émotionnel peut être améliorée en développant certaines compétences.

Avoir une attitude positive ne signifie pas que vous n’aurez jamais d’émotions négatives, comme la tristesse ou la colère, explique le Dr Barbara L. Fredrickson, un psychologue et expert en bien-être émotionnel de l’Université de la Caroline du Nord. « Toutes les émotions positives ou négatives s’adaptent aux circonstances. La clé est de trouver un équilibre entre les deux », dit-elle.

« Les émotions positives élargissent notre conscience et nous ouvrent à de nouvelles idées, afin que nous puissions grandir et ajouter à notre boîte à outils pour la survie», explique Fredrickson. « Mais les gens doivent surmonter les émotions négatives selon les situations difficiles et y répondre de manière appropriée à court terme. Les émotions négatives peuvent nous causer des ennuis, bien que si elles sont basées sur trop de rumination sur le passé ou inquiétude excessive quant à l’avenir, ils ne sont pas vraiment lié à ce qui se passe dans l’ici et maintenant. »

Les gens qui sont émotionnellement bien, disent les experts, ont moins d’émotions négatives et sont capables de rebondir, après les difficultés, plus rapidement. Cette qualité est appelée résilience. Un autre signe de bien-être émotionnel est d’être capable de maintenir les émotions positives dans le temps et apprécier les bons moments. Développer un sens et un but dans la vie et en se concentrant sur ce qui est important pour vous, contribue également à bien-être émotionnel.

Une étude a mis en évidence un lien entre un état mental optimiste et l’amélioration de la santé comme l’hypotension, la réduction du risque de maladie cardiaque, le poids, la régulation du taux de sucre dans le sang, et la durée de vie.

« Bien que des recherches antérieures suggèrent une association entre les émotions et notre santé, elles ne révèlent pas les mécanismes sous-jacents», explique le Dr Richard J. Davidson, un neuroscientifique de l’Université du Wisconsin-Madison. « Pour comprendre les mécanismes, je pense que ce sera crucial de comprendre les circuits cérébraux sous-jacents. »

En utilisant l’imagerie cérébrale, Davidson et d’autres ont trouvé que les émotions positives peuvent déclencher des voies «récompenses» situés profondément dans le cerveau, y compris dans une zone connue sous le striatum ventral.

« Les personnes qui sont en mesure de savourer les émotions positives ont une activation durable dans le striatum ventral», dit Davidson. « Plus l’activation dure, meilleurs sont les sentiments de bien-être. » L’activation continue de cette partie du cerveau a été liée à des changements salutaires dans le corps, comme des niveaux inférieurs des hormones liés au stress.

Les émotions négatives, en revanche, peuvent activer une région du cerveau appelée l’amygdale, qui joue un rôle dans la peur et l’anxiété. «Nous avons montré qu’il existe de grandes différences entre les personnes dans la façon dont rapidement ou lentement l’amygdale récupère la suite d’une menace », a dit Davidson. « Ceux qui se rétablissent plus lentement, s’exposent plus à des risques de santé que ceux qui récupèrent plus rapidement. »

Parmi ceux qui semblent plus résistants et mieux en mesure de tenir leurs émotions positives sont des gens qui ont pratiqué diverses formes de méditation. En fait, plus de preuves suggère que plusieurs techniques, y compris la méditation, la thérapie cognitive (un type de psychothérapie), et l’auto-réflexion (réflexion sur les choses que vous jugez importants) peuvent aider les gens à acquérir les compétences nécessaires pour établir des changements sains et positifs.

« La recherche pointe sur l’importance de certains types de pratiques qui peuvent modifier les circuits du cerveau favorisant la promotion de réponses positives, » a dit Davidson. « Ça nous a conduit à conclure que le bien-être peut être considéré comme une compétence de vie. Si vous pratiquez, vous pouvez réellement vous sentir de mieux en mieux.  »

Dans une étude, Davidson et ses collègues ont constaté des changements dans les circuits du cerveau liées à la récompense après 2 semaines de formation dans une forme simple de méditation qui met l’accent sur la compassion et la bonté. Ces changements, à leur tour, ont été liés à une augmentation des comportements sociaux positifs, tels que l’augmentation de générosité.

Fredrickson et ses collègues étudient également la méditation. Ils ont constaté que, après 6 semaines de formation sur la compassion, la bonté et la méditation, les gens ont signalé une augmentation des émotions positives et des liens sociaux par rapport à un groupe inexpérimenté. Le groupe de méditation avait aussi un meilleur fonctionnement dans un nerf qui aide à contrôler la fréquence cardiaque. « Les résultats suggèrent que prendre le temps d’apprendre les compétences à l’auto-gestion des émotions positives peuvent nous aider à nous sentir mieux, plus sociables, plus résilients de nous-mêmes», dit Fredrickson.

Dr Emily Falk, un neuroscientifique à l’Université de Pennsylvanie, a adopté une approche différente. Elle explore comment l’auto-affirmation qui est, en pensant à ce qui est plus important pour vous, peut affecter votre cerveau et conduire à des comportements sains et positifs. Son équipe a constaté que lorsque les gens sont invités à réfléchir sur des choses dont ils trouvent un sens, une région du cerveau qui reconnaît personnellement l’information pertinente est activée. Cette activité du cerveau peut changer la façon dont les gens réagissent aux conseils de santé.

« En général, si vous dites aux gens qu’ils restent assis trop longtemps et qu’ils ont besoin de bouger, ils peuvent être sur la défensive. Ils donneront leurs raisons pour ne pas appliquer ce que vous leur avez conseillé », explique Falk. Mais si les gens réfléchissent sur les choses qu’ils apprécient avant même de parler de santé, les voies de la « récompense » du cerveau sont activées.

Dans une étude récente, des adultes inactifs ont reçu des conseils de santé typique sur l’importance de bouger plus et d’être moins assis. Environ la moitié des participants ont été invités à réfléchir sur les choses qu’ils apprécient le plus avant de recevoir le conseil de santé typique.

Ce dernier groupe est devenu plus actif physiquement au cours de la période de l’étude et le mois qui a suivi, comparativement au groupe qui n’a pas été invité à réfléchir sur les choses qu’ils apprécient. « L’étude montre que nous pouvons ouvrir le cerveau à un changement positif et aider les gens à atteindre leurs objectifs», explique Falk.

Être ouvert à un changement positif est la clé du bien-être émotionnel. «Parfois, les gens pensent que les émotions se produisent, un peu comme la météo, » dit Fredrickson. « Mais la recherche suggère que nous pouvons avoir un certain contrôle sur les émotions que nous ressentons. » Comme le suggère l’étude, avoir un état d’esprit positif pourrait aider à améliorer votre santé physique ainsi.

 
Sources:
Compassion training alters altruism and neural responses to suffering. Weng HY, Fox AS, Shackman AJ, Stodola DE, et al. Psychol Sci. 2013 Jul 1; 24(7):1171-80. doi: 10.1177/0956797612469537. Epub 2013 May 21. PMID: 23696200.
Mind of the meditator. Ricard M, Lutz A, Davidson RJ. Sci Am. 2014 Nov;311(5):38-45. PMID: 25508292.
How positive emotions build physical health: perceived positive social connections account for the upward spiral between positive emotions and vagal tone. Kok BE, Coffey KA, Cohn MA, Catalino LI, et al. Psychol Sci. 2013 Jul 1;24(7):1123-32. doi: 10.1177/0956797612470827. Epub 2013 May 6. PMID: 23649562.
Happiness unpacked: positive emotions increase life satisfaction by building resilience. Cohn MA, Fredrickson BL, Brown SL, Mikels JA, Conway AM. Emotion. 2009 Jun;9(3):361-8. doi: 10.1037/a0015952. PMID: 19485613.
Self-affirmation alters the brain’s response to health messages and subsequent behavior change. Falk EB, O’Donnell MB, Cascio CN, Tinney F, et al. Proc Natl Acad Sci U S A. 2015 Feb 17;112(7):1977-82. doi: 10.1073/pnas.1500247112. Epub 2015 Feb 2. PMID: 25646442.
Beyond Brain Mapping: Using Neural Measures to Predict Real-World Outcomes. Berkman ET, Falk EB. Curr Dir Psychol Sci. 2013 Feb;22(1):45-50. PMID: 24478540.
 

Quelques pistes de lecture :

>> Plus de livres sur le thème

Share.

About Author

Comments are closed.